bellemaison32.com
Image default

Avant/après : une cuisine de 12 m² rajeunie

D’une petite cuisine fermée, sombre et rustique, Béatrice a fait un lieu de vie coloré et lumineux. Ni totalement close, ni totalement ouverte, cette pièce s’est métamorphosée et chante désormais la nature et la joie de vivre, à l’image de sa propriétaire. Reportage.

« Je t’aime, moi non plus ». Cette expression résume à merveille la relation conflictuelle qu’entretenait l’architecte Béatrice Alègre avec la cuisine héritée des anciens propriétaires de sa maison : « Les meubles étaient très rustiques et ne me ressemblaient pas du tout. Mais comme ces éléments étaient flambant neufs, je n’ai pas osé y toucher ». En tout, cette cohabitation a duré près de dix ans avant que la jeune femme ne se décide enfin à tout changer.

Touches de couleurs et customisation

Pourquoi avoir attendu dix ans ? « De petites touches de couleurs en pause de stickers sur les murs et apports d’objets divers, j’ai tenté de customiser cette pièce, sans pour autant toucher aux gros éléments », explique Béatrice. L’architecte a peint les carreaux dont certains étaient recouverts de motifs de légumes en bleu et vert : « A l’époque, les cuisines bicolores étaient assez tendance, se rappelle-t-elle. J’ai également collé du papier autocollant bleu sur les portes des placards et recouvert la hotte en bois de papier imitant l’inox ».

Mais rien n’y faisait. Toutes ces petites transformations n’apaisaient la jeune femme que quelques semaines seulement : « En réalité, quoi que je fasse, cette pièce me sortait par les yeux », se souvient-elle, aujourd’hui amusée. Pour remédier à son premier défaut, son manque de lumière, Béatrice a donc fait appel à un maçon : « Je lui ai demandé de réaliser une baie ouverte sur le salon « , une modification qui a, en fait, déclenché le reste des travaux.

Une pièce transfigurée

« Grâce à cette ouverture, la lumière du salon entrait enfin dans la cuisine mais, à l’inverse, la pièce que je cherchais par tous les moyens à cacher était désormais visible du salon », commente Béatrice. C’est alors que l’architecte et son mari ont décidé de transformer définitivement cette pièce. « Finis les petits bricolages ! Nous avons commencé par remplacer la porte donnant sur le salon par une ouverture coulissante, indique Béatrice. Une modification qui nous a fait gagner un mètre carré ».

L’agencement de la cuisine a été totalement repensé : « Les colonnes qui bloquaient la lumière en provenance de la fenêtre, assombrissant du même coup la pièce, ont été déplacées autour de la porte du garage, précise Béatrice. La configuration de l’ensemble a été inversée pour accroître la sensation de nouveauté et rapprocher le coin repas de la lumière en provenance de la baie du séjou « . Quant à la teinte vert anis choisie par l’architecte, elle renvoie à un principe Feng-Shui qui préconise que la nature soit omniprésente dans les pièces situées à l’Est. Toutefois, cette couleur a été limitée aux objets de décoration, par précaution : « Lorsque je serai lasse du vert, je n’aurai pas à attendre à nouveau dix ans pour tout changer, anticipe Béatrice. Les meubles étant blancs légèrement grisés, il suffira seulement d’opter pour une nouvelle couleur concernant les accessoires et la couleur des portes ! »

Pour aller + loin

Laissez-vous inspirer par nos albums photos sur les cuisines

A lire aussi

Déperditions et apports solaires des portes et fenêtres

Irene

Une nouvelle cuisine pour une nouvelle vie !

Irene

Une villa à fleur de rivage, une exception en Corse…

Irene

Organiser son dressing

Irene

Chaudière Remplacer ou associer

Irene

J’achète une maison, c’est décidé !

Irene