bellemaison32.com
Image default
Intérieur

Humidité dans la maison, que faire pour l’éviter ?

Humidité dans la maison, que faire pour l’éviter ?
Notez cet article

Le taux d’humidité dans une maison ne doit pas dépasser un certain seuil, idéalement 50%, afin de ne pas nuire au confort et à la santé des habitants. Au-delà de 60% d’humidité dans un intérieur, cela représente un réel danger pour la santé des occupants de la maison, pouvant donner lieu à certaines pathologies respiratoires.

L’humidité est également néfaste pour le logement lui-même, car elle s’attaque aux murs, et abîme les parois, en provoquant l’apparition de taches noires. Il existe heureusement de nombreuses solutions et de nombreux gestes à adopter pour lutter contre ce problème, et ils sont présentés dans ce guide.

L’humidité, un problème fréquent dans les habitations

L’humidité est considérée comme le problème le plus fréquemment rencontré dans les appartements ou maisons, et elle peut rendre un logement carrément insalubre. Plusieurs éléments peuvent être à l’origine de la présence d’humidité à la maison, comme le climat, le manque de ventilation, ou une mauvaise isolation.

Des signes apparents sont souvent là pour alerter les habitants et les inciter à agir au plus vite, comme les moisissures, les suintements, ou l’écaillement de peinture. Ce phénomène touche près de 20% des logements en France, et il est susceptible de porter atteinte à la santé des habitants, en provoquant des allergies, des asthmes ou des problèmes respiratoires.

Combattre l’humidité à la maison, un enjeu important

S’il est si important de lutter contre l’humidité à la maison, c’est à cause du danger qu’elle représente, quand son taux est trop élevé.

  • L’humidité peut s’attaquer à la structure de la maison, et l’affaiblir sérieusement.
  • Une maison trop humide est sujette aux moisissures, aux champignons, et à un tas de bactéries nuisibles pour la santé des personnes exposées.
  • Les enfants risquent de développer des maladies chroniques, et les adultes risquent d’avoir des pathologies articulaires, respiratoires ou allergiques.

Quels sont les signes d’un excès d’humidité ?

Un taux d’humidité trop élevé se manifeste par plusieurs signes, comme par exemple :

  • Une condensation ou une buée persistante sur les vitrages des fenêtres, sans raison apparente.
  • Des suintements sur les murs.
  • Des tâches ou des auréoles sur les murs ou les plafonds.
  • Des bulles dans le papier peint.
  • Un craquement ou un écaillement de la peinture et des enduits.
  • Un pourrissement du bois des meubles ou des plinthes.
  • Des traces de moisissure sur les meubles ou sur les murs.
  • Une odeur de moisi qui envahit la maison.
  • L’apparition de vermines, comme les cloportes, ou la prolifération de blattes et d’acariens.
  • Une sensation d’humidité et de moiteur, à même la peau.

Pour vérifier le taux d’humidité, il est possible d’utiliser un hygromètre, qui est un appareil spécifique permettant de faire rapidement le calcul. En présence de l’un ou plusieurs de ces signes, une intervention s’impose, de toute urgence.

Identifier les origines de l’humidité

La vapeur d’eau et la condensation peuvent être causées par les activités domestiques quotidiennes, quand il y a un grand nombre de personnes, et qu’il n’y a pas assez d’aération.

L’humidité peut également être provoquée par des fuites et des infiltrations d’eau, dues à une plomberie défectueuse, à une rupture de canalisation, à un défaut dans un tuyau d’évacuation, à un vieux robinet ou à des joints poreux.

Ce phénomène peut aussi provenir de l’extérieur, à cause du ruissellement des eaux pluviales sur une façade fissurée, du déplacement d’une tuile sur la toiture, ou de l’obstruction d’une gouttière. Les remontées capillaires représentent une autre cause de l’excès d’humidité, qui remonte du sol dans les murs.

Pour préserver un taux d’humidité sain dans la maison, il est important de suivre certaines règles et d’effectuer des contrôles réguliers sur divers points du logement.

Eviter la condensation

Pour lutter contre la condensation, la solution la plus radicale est d’éviter la vapeur d’eau en excès, ou d’en diminuer la quantité émise. Ceci est réalisable par la réduction de la durée de la douche, et de sa température.

En faisant la cuisine, il est recommandé de couvrir les ustensiles de cuisson, et de faire fonctionner la hotte de manière systématique, pour aspirer toutes les vapeurs.

De même, il est préférable de faire sécher le linge à l’extérieur de la maison, ou dans une pièce aérée. Le linge fraîchement lavé représente en effet une source importante d’humidité, car en séchant il laisse s’échapper l’eau, qui vient se poser sur les parois.

Les fenêtres de la cuisine et de la salle de bains doivent également être ouvertes après la douche ou la cuisson.

D’autre part, le chauffage de la maison doit être constant, sans excès, en maintenant une température ambiante de 19 degrés, pour éviter que l’air froid ne se condense et ne provoque de l’humidité.

Favoriser la ventilation et l’aération du logement

Pour éviter l’humidité due à la condensation, la mise en place d’une bonne ventilation et d’un chauffage performant est indispensable.

La ventilation mécanique contrôlée (VMC) est une solution efficace qui équipe l’ensemble des logements construits depuis les années 1980. Les systèmes de VMC les plus performants sont ceux qui adaptent le débit d’air entrant au taux d’humidité ambiant, ce sont des VMC hygroréglables.

Pour les vieilles maisons non dotées de VMC, le seul moyen de supprimer les courants d’air, et de réduire les pertes de chaleur, en renforçant l’isolation, et en installant du double vitrage aux fenêtres.

Or, ces solutions qui éliminent la ventilation naturelle sans installer de VMC, peuvent avoir des conséquences fâcheuses. En effet, l’air de la maison ne se renouvelle plus, ce qui peut favoriser l’humidité. Pour éviter ce désagrément, il est indispensable de de maintenir les grilles d’aération dans les pièces humides, cuisine et salle de bains, afin que l’air puisse entrer et sortir facilement.

Ainsi, les bouches d’aération ne doivent en aucun cas être obstruées par une trop grande isolation. En absence de VMC, il est possible de mettre en place un système de ventilation électrique.

Par ailleurs, il est important de bien aérer les pièces de la maison pendant 5 à 10 minutes chaque jour, afin de renouveler l’air, tout en chassant les excès d’humidité.

Réduire les infiltrations d’eau

Les problèmes d’infiltration d’eau ne peuvent pas être résolus juste avec une ventilation efficace et un système de chauffage performant. Il faut en effet éliminer l’origine des fuites d’eau pour pouvoir venir à bout de ces infiltrations.

Il faut faire attention aux solutions provisoires, comme celle de poser un isolant sur un mur humide pour barrer la route à l’eau. Cette méthode n’est pas durable, et le mur continue quand-même à se dégrader.

Pour éviter les infiltrations des eaux pluviales, il est indispensable de vérifier l’état des chéneaux, des joints de maçonnerie, et de la façade. Cette dernière peut être traitée au moyen d’un produit hydrofuge.

Vérifier l’étanchéité de la maison

Il est essentiel de bien vérifier l’étanchéité de la maison, afin d’éviter l’humidité. Il faut ainsi détecter les éventuelles fissures dans les murs, et vérifier la parfaite étanchéité des fenêtres, de la toiture, ainsi que des joints des éviers, douches et baignoires.

En constatant la moindre fuite, il ne faut pas tarder à combler la fissure qui en est responsable, ou à remplacer les joints concernés. Si des traces d’infiltration d’eau sont présentes sur les murs, alors il est urgent de faire appel à un professionnel, afin de déterminer les origines du problème, et de préconiser les solutions adéquates.

De même, les murs humides ne doivent pas être recouverts par un produit imperméable, car cela ne fait que cacher les traces d’humidité, sans en éliminer les causes. Au fil du temps, le mur continue à se dégrader.

Enfin, lors de l’installation et la rénovation des fenêtres, il est recommandé de penser au double vitrage, qui aide à éviter la condensation et l’humidité.

Venir à bout des remontées capillaires

Les remontées capillaires sont les traces d’humidité qui remontent sur le mur en provenance du sol. Elles sont présentes en bas des murs. Une mauvaise évacuation des eaux pluviales, ainsi que la nature du terrain, peuvent être à l’origine de ce phénomène.

Des travaux peuvent s’avérer indispensables, pour venir à bout de ce problème, qui consistent à empêcher l’eau d’être en contact avec les fondations. Cette opération est réalisée selon plusieurs procédés.

  • Installer des drains qui évacuent l’eau du sol pour limiter sa remontée vers le bâti.
  • Insérer une plaque ou injecter des produits hydrofuges, pour créer une barrière étanche à l’eau.
  • Mettre en place des dispositifs électrochimiques pour limiter la remontée de l’humidité.

Pour les anciennes maisons, il suffit parfois de dégager la base des murs, pour l’éloigner de la partie poreuse.

Placer un déshumidificateur

Le déshumidificateur d’air permet d’absorber l’excès d’humidité dans l’air ambiant. Il est possible d’en trouver dans le commerce, ou d’utiliser un déshumidificateur maison.

Pour cela, il existe deux produits aux produits absorbantes, à savoir le gros sel et la gomme arabique.

Le gros sel est à placer au fond d’une bouteille découpée en deux, et le goulot est utilisé pour récolter l’eau. Il faut environ 150 grammes de gros sel pour une pièce de 25 m². Le sel doit être changé tous les 4 jours, et il peut être réutilisé après séchage.

La gomme arabique est un produit parfumé, elle peut être placée dans les pièces pour déshumidifier et parfumer.

Related posts

Comment choisir son éclairage d’intérieur

Journal

Les pièges à éviter avant de choisir votre matelas

Claude

Quels produits d’entretien utiliser pour le parquet ?

Tamby