bellemaison32.com
Image default

Isolants végétaux et animaux

Jusqu’à ces dernières années, le choix de l’isolant était relativement simple. Il portait sur quelques produits d’isolation bien connus. Mais le marché des produits isolants est en pleine révolution, avec de nouveaux produits d’isolation qui s’affichent comme plus écologiques que les traditionnelles laines minérales et les dérivés de l’industrie pétrolière. Comment choisir ?

Isolants certifiés

Chaque fabricant met en avant les caractéristiques de son produit isolant pour parvenir à le vendre. Il existe deux procédures indépendantes qui valident les performances : l’Acermi, centré sur le pouvoir isolant, et l’avis technique, applicable à de très nombreuses familles de produits et qui les testent sur la base d’un cahier des charges étendu. Choisir des produits bénéficiant de ces estampilles est donc un plus, puisque la résistance thermique ou le lambda affichés sont vérifiés en laboratoire.

Ces deux démarches sont toutefois coûteuses pour les fabricants, ce qui explique qu’un certain nombre de nouveaux venus, en particulier dans l’éco-construction, n’aient pas encore franchi le pas.

La liste des certificats est consultable sur le site de l’Acermi.

Isolants à base de bois et de laine de bois

Deux familles de produits à base de bois peuvent être utilisées comme isolants. Il y a tout d’abord le liège, proposé soit en vrac, soit en panneaux. Ces derniers sont assemblés par la résine du liège et ne contiennent donc pas de colle. Le liège est plutôt performant thermiquement, avec un lambda de 0,042 W/m.°C. Le liège est intéressant d’un point de vue acoustique. Les fabricants jouent volontiers la carte écologique. Cette ressource est en effet renouvelable et le matériau ne contient pas d’adjuvants. Le liège vient du bassin méditerranéen, essentiellement du Portugal. Il faut s’assurer que les forêts dont est issu le liège sont gérées durablement.

L’autre isolant de cette famille est la fibre de bois aussi appelée laine de bois. La fibre de bois en tant que telle est agglomérée sans adjuvants chimiques et se présente sous forme de panneaux souples ou rigides allant de 40 à 270kg/m3, mais également en rouleaux ou en vrac. Sa conductivité thermique dépend de sa densité et atteint 0,036 W/m.K pour les produits les plus performants. Le bois est reconnu pour ses propriétés d’isolation naturelle et permet notamment d’amortir les fortes variations de températures : le déphasage thermique s’améliore avec la densité. Les isolants à base de fibres de bois sont également reconnus pour leur qualité d’isolation acoustique.

On appelle habituellement laine de bois les isolants en fibre de bois de faible densité (jusqu’à 60kg/m3 environ) et on les destine à l’isolation des combles, rampants et planchers compte tenu de leur disponibilité en panneaux souples, rouleaux ou vrac et de leur légèreté. Dans le cas des panneaux rigides de forte densité, on les appeIle panneaux de fibre de bois et on les destine plutôt aux parois.

Il existe également des laines de bois qui contiennent des adjuvants pour augmenter la durabilité du produit. Certaines laines sont composites, c’est-à-dire qu’elles intègrent un autre isolant pour améliorer le comportement au feu ou la résistance aux agressions extérieures. Les performances sont globalement améliorées, mais le recyclage est alors plus difficile.

On peut trouver des lièges, des fibres de bois et des laines de bois certifiées.

Isolants de ouate de cellulose

Le papier journal recyclé, auquel on ajoute des sels de bore pour le rendre résistant à l’humidité, constitue un isolant à la fois écologique et performant : la ouate de cellulose. Elle ne nécessite que très peu d’énergie grise, du fait de l’absence de cuisson et de l’abondance de la matière première.

La conductivité thermique peut atteindre 0,039 W/m.°C. Elle se met en oeuvre par insufflation ou par projection humide, avec une machine spéciale. Elle présente un bon comportement au feu et un déphasage long, utile en été. Il existe toutefois un risque de tassement avec le temps, qui nécessite une mise en oeuvre soignée. Plusieurs produits sont couverts par un avis technique (CSTB).

Des isolants à base de tissus recyclés sont également disponibles, dont l’un issu de la communauté Emmaüs. Leur performance et leur durabilité ne sont toutefois pas démontrées.

Isolants végétaux

Laines de chanvre, de lin ou encore de coton ont fait leur apparition sur le marché. Tous ces produits ont une forte coloration écologique, mais contiennent le plus souvent des substances chimiques destinées à améliorer leur résistance à l’eau, aux insectes ou au feu. Certaines laines sont mélangées avec des fibres de polyester. La conductivité thermique des laines peut atteindre 0,041 W/m.°C (valeur des certificats Acermi pour les quelques produits qui en bénéficient). Veillez à choisir des produits dont la performance tient la durée et repose sur une méthodologie reconnue.

Isolants animaux

De la même manière, il existe de nombreuses solutions à base de substances animales, en particulier la plume de canard et la laine de mouton. Le produit bénéficiant d’un Acermi atteint une conductivité thermique de 0,038 W/m.°C, mais avec adjonction de fibres de polyester. Comme les laines végétales, ces produits sont intéressants pour la très faible quantité d’énergie grise qu’ils nécessitent et pour la disponibilité des ressources, mais doivent faire l’objet de vigilance, pour choisir des solutions performantes.

A lire aussi

Simulateurs d’économies d’énergie : le match

Irene

Quels matériaux choisir pour sa surélévation?

Irene

Logiciel cuisine 3D

Irene

Piscine : quel dispositif de sécurité choisir ?

Irene

Estimer les travaux de rénovation

Irene

Dessiner rapidement les plans de sa maison en 3D

Irene