bellemaison32.com
Image default

Outdoor : carrelage, table, luminaire extérieur, etc. Nos idées déco pour votre jardin

L’éclairage participe indéniablement à la décoration des lieux, par le choix des matières, des styles et des formes. Il permet également d’excercer nos diverses activités (lire, cuisiner, jouer, etc.) dans un environnement de confort optimal. Pour que vous puissiez choisir le meilleur éclairage possible, découvrirez ci-dessous les propriétés qui déterminent la puissance et la qualité de l’éclairage.

Un éclairage est caractérisé par :

  • son prix,
  • ses dimensions,
  • sa forme,
  • son éclairement,
  • son rendement lumineux,
  • son indice de rendu des couleurs,
  • sa température,
  • sa couleur,
  • sa rapidité de démarrage,
  • sa durée de vie,
  • le nombre de cycles marche/arrêt qu’il peut endurer,
  • s’il fonctionne avec un variateur et/ou en extérieur
  • et son impact environnemental.

Eclairement (ou flux lumineux)

Le flux lumineux minimum requis (ou éclairement) ne doit pas être confondu avec la puissance électrique car les différentes sources de lumière ont des performances lumineuses très différentes (voir plus loin). Le choix est à faire en fonction du type d’activité exercée. Par ordre croissant de besoin, il faudrait :

  • Pour une ambiance douce et reposante, comme regarder la télévision ou bien discuter tranquillement au coin du feu, ou encore écouter de la musique, un éclairement de 100 lux (ou lm/m², lumens par mètre carré au sol) est suffisant. Cette intensité de lumière est typiquement diffusée par des lampes de table avec abat-jour, ou alors des halogènes dont le variateur aura été ajusté plus bas. Le raccordement de cet éclairage d’ambiance pourra être fait sur des prises électriques commandées par un seul interrupteur, pour une grande facilité d’utilisation dans le salon ou bien la chambre des parents par exemple.
  • Pour des activités nécessitant une bonne visibilité et une attention soutenues, comme lire un livre ou un magazine dans sa chambre ou dans le salon, ou encore dans une salle de jeux, un éclairement de 300 lux au moins est nécessaire.
  • Pour des activités de précision visuelle, comme cuisiner avec application, coudre, ou écrire et dessiner, il est souhaitable que l’éclairement soit de 500 lux. Cependant, ce besoin de puissance importante n’est nécessaire qu’aux endroits où les activités de précision sont exécutées. On utilisera alors des lampes directionnelles d’appoint ou alors on règlera les variateurs électriques au maxi au moment du besoin uniquement.

Comment calculer l’éclairement dont vous avez besoin ?

Vous avez une salle de jeux de 20 m2, et vous souhaitez un bon éclairement. Nous vous conseillons donc 300 lux (lumen/m2). Au total, toutes les lampes devront apporter au moins 6000 Lumens (300 x 20 = 6000), et vous répartirez vos lampes dans la salle de jeux, ou alors vous dirigerez une lampe puissante vers le plafond blanc qui répartira la lumière par réflexion.

Regardez les caractéristiques de vos luminaires et de leurs ampoules (les valeurs en lumens devraient être indiquées sur l’emballage) pour atteindre la bonne valeur. Dans l’exemple ci-dessus, vous pourriez choisir 3 lampes de 2000 lumens chacune.

A noter que certaines ampoules fonctionnent avec un gradateur, ou variateur, ce qui permet de régler la puissance lumineuse. Dans ce cas, une indication est donnée sur l’emballage des ampoules récentes.

Le rendement lumineux

C’est simplement le rapport entre la puissance électrique consommée et le flux lumineux restitué.

  • Les lampes à incandescence classiques ont un rendement lumineux médiocre entre 5 et 15 lumens par watt (lm/W). Autrement dit, elles chauffent beaucoup plus (plus de 95%) qu’elles n’éclairent (moins de 5%), et c’est pour éviter tout ce gaspillage d’énergie qu’elles sont condamnées à disparaitre de l’habitat.
  • Les lampes halogènes ont un rendement un peu plus élevé entre 15 et 25 lm/W.
  • Les lampes fluo-compactes ont un rendement compris entre 45 et 90 lm/W.
  • Les tubes fluorescents entre 50 et 100.
  • Les LEDs entre 50 et 150, voire plus.

A noter que les lampes fluo-compactes, les tubes fluorescents et les LED voient leur rendement augmenter régulièrement avec les progrès techniques.

Les propriétés de l’éclairement expliquent l’écart de prix entre les différentes ampoules.

En conséquence, un éclairage avec un rendement de 100, comme par exemple un tube fluorescent 28W de dernière génération, délivrera le même flux lumineux qu’une ampoule halogène de 150W, mais consommera environ 5 fois plus d’électricité.

La température de couleur

La températeur de couleur est également appelée CCT en international.

Elle donne une indication sur la perception de chaleur de la lumière dite blanche et s’exprime en degrés K.

Une lumière blanche est dite chaude (donc agréable) si sa température de couleur est comprise entre 2700 et 3000 degrés K.

A partir de 4000 degrés K (blanc neutre), et au-delà, la lumière devient de plus en plus froide (et donc moins agréable).

Le blanc des néons industriels est de l’ordre de 6000 degrés K.

A noter que la lumière du soleil en plein jour correspond à 6500 degrés K, mais que la lumière solaire apporte une sensation de chaleur grâce à son rayonnement. C’est pourquoi on ne la ressent pas comme une lumière froide !

Conseils pour votre habitat :

  • Pour les pièces de vie, comme le salon, la salle à manger, la cuisine, les salles de bain, les chambres salon, choisissez des sources lumineuses de type blanc chaud.
  • Pour les escaliers, les couloirs, WC ainsi que les pièces annexes fonctionnelles comme la buanderie, vous pouvez vous contenter de blanc neutre.
  • Les autres annexes peuvent être éclairées en blanc froid, car ces luminaires et leurs ampoules sont souvent meilleur marché).

Pour information, les lampes à incandescence, les halogènes et certaines lampes fluo-compactes ont une température de couleur blanc chaud (entre 2400 et 3200 K), et d’autres lampes fluo-compactes donnent un blanc neutre (vers 4000 K).

L’indice de rendu des couleurs

L’indice de rendu des couleurs est également appelé IRC, ou CRI en international.

Il indique la capacité d’une source de lumière à restituer les différentes couleurs du spectre de lumière visible sans en modifier les teintes.

Il est basé sur 8 couleurs normalisées. 100 est la valeur maximum et correspond au spectre de la lumière solaire. Donc il est préférable de choisir des sources de lumière dont cet indice est supérieur à 80, ou 90 pour un excellent confort, pour voir les objets dans l’habitat de la même couleur que s’ils étaient exposés à la lumière du jour. Pour information, voici les indices de rendu des couleurs des principales sources de lumière :

  • Ampoules à incandescence : entre 90 et 100
  • Lampes halogènes: entre 90 et 95
  • Ampoules fluo-compactes et tubes fluorescents: de 70 à 90
  • Lampes à LEDs: de 60 à 95, les hautes valeurs étant obtenues avec les LEDs dites blanches

La qualité des sources lumineuses et leur technologie ont un impact important sur la performance… et sur leur prix : bien regarder les caractéristiques données par les fabricants de luminaires.

La rapidité de démarrage

L’efficacité lumineuse maximale n’est pas toujours obtenue dès l’appui sur l’interrupteur, C’est le cas pour les ampoules fluo-compactes et des tubes fluorescents. Un temps « de chauffe » de quelques secondes à une minute ou plus est nécessaire pour qu’une ampoule fluo-compacte donne sa pleine puissance. Cet aspect est dépendant de la technologie utilisée.

Un éclairage qui démarre à pleine puissance en quelques secondes sera inévitablement plus cher.

Les ampoules à incandescence et les LEDs n’ont pas cet inconvénient.

La norme Européenne impose l’indication sur l’emballage du temps en secondes mis pour atteindre 60% du flux lumineux.

En conséquence, utilisez des ampoules fluo-compactes de qualité, éclairages halogènes ou à LEDs dans les lieux de passage ponctuel, comme l’entrée, les couloirs, les escaliers et les WC.

La durée de vie

Toutes les technologies n’ont pas la même durée de vie, loin s’en faut. Cette durée dépend également du mode d’utilisation (voir le nombre de cycles marche/arrêt ci-après).

Ci-dessous les durées de vie moyenne par type d’éclairage :

  • Une ampoule à incandescence classique durent entre 1000 et 2000 heures.
  • Ampoule halogène entre 2000 et 4000 heures.
  • Lampe fluo-compacte entre 5000 et 15000 heures, suivant sa qualité et sa technologie. Les prix bas sont souvent une indication de qualité médiocre.
  • Les tubes fluorescents durent environ 10000 heures
  • Les LEDs durent entre 25000 heures, voire beaucoup plus.

Le nombre de cycles marche/arrêt

Les lampes à incandescence voient leur durée de vie légèrement réduite en cas de mise en marche/arrêt fréquent, comme dans les lieux de passage ponctuels que sont les couloirs et les escaliers.

Les lampes fluo-compactes sont encore plus sensibles à ce problème, d’autant qu’elles mettent du temps à obtenir leur plein éclairage (voir plus haut dans le texte). Cependant, leur efficacité énergétique et leur standardisation les qualifie tout de même pour les lieux de passage ponctuels de l’habitat.

Les luminaires à LEDs sont quasi insensibles aux cycles marche/arrêt, et leur excellent rendement les prêtent à un emploi dans les lieux de passage ponctuels, pour peu que l’on trouve le produit adapté et à un coût acceptable.

Un nombre de cycles de 10000 est le minimum acceptable pour une ampoule dans un lieu de passage.

L’impact environnemental

Le rendement détermine une partie de l’impact environnemental (voir plus haut).

Un autre aspect est le risque pour la santé et la pollution en cas de non-recyclage. Les ampoules à incandescence ont un faible impact environnemental comme les LEDs. Par contre, les ampoules fluo-compactes et les tubes fluorescents fonctionnent avec un gaz de mercure qui est extrêmement nocif. Aussi, il faut faire très attention de ne pas les briser, et on doit absolument rapporter aux détaillants ou en déchetterie (qui ont obligation de les reprendre) tous les produits en fin de vie. La teneur en mercure est exprimée en mg (milligrammes). La loi impose moins de 5 mg par ampoule, et des valeurs de 2 ou moins sont disponibles dans le commerce.

Dans le cas où une ampoule ou un tube viendrait à se briser, ne pas aspirer (car les éléments nocifs vont se disperser ailleurs), mettre un masque, des lunettes et une combinaison, rassembler délicatement tous les débris de verre, utiliser du papier collant pour récupérer toutes les poussières et poudres en tamponnant le sol, mettre le tout dans un sac hermétique et le porter en déchetterie.

A lire aussi

Chambre des parents

Irene

La prime à la casse doublée pour les chaudières au fioul !

Irene

Changer de déco : des tendances… avec la touche perso !

Irene

Les aides à la rénovation

Irene

Aménager un salon

Irene

Une assurance pour la maison: comment choisir ?

Irene